Michael, le sextoy vibrant ET chauffant de Pretty Love

Pour ce premier test de produits envoyés par BoxCoquine, on vous présente aujourd’hui le wand sans fil Michael de la marque Pretty Love.


Le wand et sa pochette

Présentation

À première vue, rien ne semble rendre ce petit vibromasseur exceptionnel: avec ses 21cm de long et 4cm de large pour un peu moins de 200g, on peut dire que Michael ne prend pas de place. Fabriqué en silicone, il est accompagné de son câble de charge, d’une pochette de rangement et d’une notice (en anglais).

Ce qui le rend différent d’un simple wand, c’est sa fonction chauffante. En effet, en plus des boutons de contrôle On/Off et de vibration, on en trouve un 3e qui permet d’activer la chauffe de la tête vibrante. Enfin, rien de bien surprenant, puisque l’emballage arbore des flammes en plus de la photo du produit.

Mais à quelle température Michael chauffe-t-il, vous demanderez-vous ? eh bien, là encore, l’emballage indique une chauffe jusqu’à 48°C. Pour des raisons logistiques – nous sommes dépourvus de thermomètre -, nous n’avons pas pu vérifier de nous-mêmes cette information, alors nous allons faire confiance à la boîte.

La tête du wand et ses boutons

Test

J’allume le wand en maintenant un bref instant le bouton On/Off (jusqu’à ce que la LED rouge s’allume). La prise en main est pas mal, ce qui est un bon point. En appuyant sur le bouton de vibration, je navigue un peu entre les 7 modes (1 en continu et 6 en “saccades”), mais je me rends vite compte qu’en plus de la tête, ça vibre fort au niveau du manche, et que cela risquerait de rendre la session désagréable. Mais je suis rapidement soulagée quand je constate que cette mauvaise sensation disparaît une fois j’appuie le wand contre moi.

Je me masse tranquillement la zone clitoridienne avant d’enclencher la chauffe du wand. Celle-ci met plusieurs secondes à se faire sentir, mais une fois lancée, la température monte assez vite.

D’abord un peu dubitative, je finis par trouver cet effet de chaleur assez agréable. Cependant, il ne me convient pas utilisé de façon prolongée, et je le stoppe au bout de quelques minutes.

Bien vite, il n’y a pas que la tête vibrante qui chauffe. En effet, comme le wand ne possède pas de commande pour l’intensité de vibrations (ni de chauffe), il vibre continuellement au niveau max, et on sent bien vite le moteur chauffer.

Au final, cela ne m’empêche pas d’assouvir mon excitation et de passer une agréable session.


Allongé là comme s’il était lui aussi épuisé

Conclusion

Le Michael de Pretty Love est un petit wand somme toute bien classique, malgré son option chauffante.

Les vibrations sont assez fortes, et c’est bienvenu. Car le souci principal qu’on rencontre avec Michael, c’est qu’on ne peut pas régler l’intensité des vibrations. Et c’est fort dommage.

Michael est un wand qui fonctionne sur batterie. Celle-ci met environ 1h pour se recharger, pour une autonomie d’environ 1h30 (d’après notice). Il faut donc bien doser l’utilisation du mode chauffant, car, si le moteur chauffe fort rien qu’avec le mode vibrant, pas sûr qu’il tienne le coup en étant utilisé au max de ses capacités.

Le Michael est à 49,90€ sur BoxCoquine, mais, à notre humble avis, vous trouverez bien mieux en restant dans la même gamme de prix.

N. B. : ce test devait être réalisé avec l’accessoire Curitis de Pretty Love. Comme indiqué sur la page de l’article en question, cet embout est sensé être compatible avec les wand de la gamme Pretty Love – dont le Michael fait partie. Malheureusement, à la réception des articles, il s’est avéré que le Curitis n’est pas du tout adapté à la tête du Michael. Ce soucis aurait pu être évité si le diamètre (et pas que la longueur) était bien indiqué dans la fiche technique de l’article…

Pretty Love Michael

49,90€
5

Réglages

4.0/10

Puissance

6.0/10

Les +

  • Plutôt puissant pour sa taille

Les -

  • L'impossibilité de contrôler l'intensité des vibrations est le point négatif majeur
  • Pour le même prix, on lui préfèrera un wand de type Fairy lithium

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.